Pourquoi la peur peut devenir ennemie ou alliée dans une croissance d’entreprise? 2/2

0
La peur

L’astronaute Chris Hadfield nous dit dans son livre que les astronautes sont constamment entraînés pour éviter de rendre un grave problème pire. Même si on ne fait pas partie de la NASA, on comprend facilement l’importance de ne pas paniquer dans l’espace quand un problème survient. Sinon, c’est la fin qui peut arriver précipitamment.

En croissance d’entreprise, on doit apprendre à suivre la même logique. On doit éviter de rendre un problème encore pire. Vous n’obtenez pas ce que vous désirez ? Ralentissez, attendez un instant, prenez un moment pour souffler un peu, et vous demander quelles peurs sont présentes en vous. Osez les reconnaître avant de repartir vers votre prochaine piste de solution.

Une vieille légende raconte qu’un sage avait été appelé dans un village pour y ramener la paix. À son arrivée, on lui a expliqué les différentes disputes qui battaient leur plein. Le sage n’a rien dit, et n’a surtout pas tenté de régler les problèmes immédiatement. Il s’est plutôt retiré dans une maison au bout du village, et y est resté pendant des jours, à la grande surprise de tous qui s’attendaient à ce qu’il leur dise comment régler leurs problèmes.

Au bout de plusieurs jours, il est ressorti de la maison où il s’était réfugié et a observé un village qui avait retrouvé la paix. Les gens s’exclamaient en le revoyant, lui disant qu’ils ne comprenaient pas ce qui s’était passé, mais le calme était revenu parmi eux. Le sage s’en est retourné alors d’où il venait, sachant fort bien qu’il n’avait rien fait d’autre que se rendre compte que le conflit auquel il faisait face à l’extérieur représentait fidèlement un conflit à l’intérieur de lui. En allant faire la paix en lui, inévitablement, l’harmonie ne pourrait qu’en être le reflet à l’extérieur.

J’en conviens que l’interprétation de cette légende appelle à la prudence, puisqu’elle peut impliquer qu’on a le pouvoir de s’occuper des problèmes des autres sans qu’eux se prennent en mains. Tout de même, elle est utile pour comprendre une notion fondamentale : quand on a peur et qu’on résiste à se l’admettre, l’agitation ressentie nous pousse à agir, mais ça empire très souvent notre situation actuelle, puisqu’on agit en fonction de la peur. Nous n’avons pas pris le temps d’aller voir ce qui à l’extérieur appelle à l’intérieur de nous.

Comme mentionné dans un précédent article, la peur est toujours présente quand on n’obtient pas les ventes qu’on vise. Et comme nous n’avons pas appris à reconnaître nos peurs, souvent, il sera ardu de trouver la réponse à la question : de quoi j’ai peur si l’entreprise fleurit, si je fais plus de ventes…?

Si vous ne réalisez pas la croissance souhaitée actuellement dans votre entreprise, permettez-vous d’avoir peur. Faites la paix avec le fait qu’il y a des peurs qui vous animent. Cette ouverture de cœur vous permettra ensuite une ouverture pour trouver vos peurs, puis pour aller vers des pistes de solution efficaces pour remédier à vos défis de croissance.

Voyez la peur comme votre alliée. Cessez de la traiter comme votre ennemie, car c’est ainsi qu’elle continuera de vous mener par le bout du nez. Donnez-vous la chance d’avoir peur un instant, de sentir cette peur. Osez vous accompagner, vous dire que c’est ok si vous avez peur. Dites-vous : j’ai le droit d’avoir peur. Oui, ça fera une nette différence, autant à l’intérieur de vous que sur votre différentiel d’entreprise à la fin de l’année. Il faut l’essayer pour le savoir !

PARTAGER
Article précédentComment la fin de la bureaucratie améliore-t-elle la productivité de l’entreprise?
Article suivantComment trouver du temps pour multiplier les minutes !
Marc-André Rizk

Marc-André Rizk, formateur, Écoute Ton Corps,

Je suis un être joyeux qui, pendant un instant, s’est perdu et par le fait même, a perdu ce qui lui était le plus cher, sa joie.

Pourtant, j’étais dans un milieu où la joie devrait être présente. On dit bien des joueurs de hockey qu’ils « jouent » au hockey. Malgré mon acharnement de plusieurs années, le plaisir n’y était plus. C’est en quelque part entre la Californie et l’Arizona, dans un autobus voyageur durant la nuit, entre deux camps d’entraînement professionnels, que j’ai finalement décidé d’écouter et de me prendre en mains.

Depuis cet instant à l’automne 2010, je me suis formé à un nouveau métier, celui d’aider les gens à reconnecter avec leur essence divine, là où se trouve un puits sans fond de joie, d’amour et de paix. Aujourd’hui, j’aide les gens à développer la discipline véritable pour qu’ils atteignent leurs buts sans qu’ils se sentent obligés ou qu’ils se forcent à faire les choses. Je suis aussi formateur pour l’école Écoute Ton Corps. Je détiens un baccalauréat en administration des affaires, et je suis diplômé en relation d’aide. J’habite Sutton, dans les Cantons de l’Est.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci de mettre votre commentaire
Merci d'indiquer votre nom ici