Leaders : et si une meilleure compréhension des émotions s’avérait la solution à vos problèmes ? (1/2)

0
compréhension des émotions

Et si mieux comprendre les émotions s’avérait, pour les leaders, la solution à leurs problèmes ? Lorsque mes clients arrivent en séance de coaching, d’entrée de jeu, ils m’exposent leur état d’esprit, leurs enjeux et leur objectif pour cette session de travail. Très rapidement, que le coaché veuille ou non leur donner priorité, les émotions montent à la surface.

Et c’est normal ! Après tout, les leaders sont humains, avant tout ! Ainsi, très tôt dans l’accompagnement, un fil d’Ariane se tisse, révélant la ou les émotions récurrentes influençant le leader, son entourage et sa façon de diriger de manière positive ou négative.

Les émotions prédominantes

Globalement, il existe deux émotions : l’amour et la peur. Vous vous demandez sans doute en quoi ces émotions influencent votre leadership, vos relations interpersonnelles, et même votre performance et la cohésion au sein de votre équipe. La réponse est… en tout ! Elles créent un mouvement, voire une dynamique, souvent récurrente, qui influence non seulement la personne que vous êtes, mais aussi votre façon de diriger et chacune des personnes dans l’équipe.

L’amour

L’amour, dont on parle malheureusement très peu en affaires, regroupe une myriade d’émotions qu’Esther Hicks, auteure du livre Le fabuleux pouvoir des émotions, qualifie d’émotion de haute fréquence. Autrement dit, il s’agit d’émotions en présence desquelles on se sent bien. Parmi elles : la joie, la gratitude, la passion, l’accomplissement, la confiance, l’enthousiasme, l’optimisme et l’espoir.

La peur

La peur, une émotion dite de basse fréquence, provoque l’effet inverse. Cette émotion et toutes ses cousines vous malmènent et, malheureusement, peuvent avoir des effets dévastateurs sur votre entourage, votre performance et même votre santé. Parmi elles : l’impuissance, l’insécurité, la culpabilité, le jugement, la colère, le blâme, le doute et la déception. Pour bien illustrer mes propos, regardons de plus près ce qu’est l’échelle émotionnelle.

L’échelle émotionnelle

Échelle émotionnelle

À gauche figurent, de manière ascendante, les émotions de haute fréquence rattachées à l’amour. À droite, de manière descendante, sont présentées plusieurs émotions de basse fréquence derrière lesquelles se cache la peur.

Mais attention : cette méthode de classification des émotions ne veut pas dire que nous devrions étiqueter la peur, ou toute autre émotion dans sa catégorie, « d’émotion négative ». Et l’inverse est aussi vrai. Car toute émotion, quelle qu’elle soit, peut servir de levier pour inciter une personne à changer sa réalité et monter dans l’échelle émotionnelle.

L’émotion a tout simplement besoin d’être accueillie pour ce qu’elle est… sans jugement ! Et c’est là que le bât blesse. Lorsque nous ressentons une émotion de basse fréquence telle que le blâme, la peur, le découragement, la culpabilité, le premier réflexe est souvent de chercher à s’en débarrasser au plus vite ! Alors que c’est justement en faisant face à son émotion qu’on est plus à même de remonter l’échelle émotionnelle.

Fait intéressant : plus une personne est intelligente émotionnellement et moins intenses sont les dégringolades émotionnelles en présence d’une personne ou d’une situation déstabilisante. Il est donc essentiel de développer l’intelligence émotionnelle sur une base individuelle, mais aussi collective. Surtout dans le contexte actuel où dirigeants et employés font face à une pression de plus en plus accrue.

Dans le prochain article, je partagerai avec vous un cas illustrant une dégringolade émotionnelle.

Au plaisir!

PARTAGER
Article précédentGérer le changement, pour faire un Win-Win!
Article suivantLeaders : et si une meilleure compréhension des émotions s’avérait la solution à vos problèmes ? (2/2)
Lyne Talbot

Lyne Talbot, coach professionnel certifié (PCC) expert en leadership.

Pour moi, la croissance pérenne de toute entreprise repose sur les humains qui y travaillent.

Mon approche s’appuie sur ces piliers que j’appelle mes « 5 C » : Changement, Communication, Connexion, Culture et Confiance. Ainsi, les leaders doivent s’appuyer sur ces piliers pour changer leur état d’esprit et leurs façons de faire. En bref, ils doivent développer un leadership conscient. Cette présence attentive combinée à une écoute accrue de soi, des autres et de son environnement assurent un haut niveau de rendement dans l’entreprise. Mais ce qu’il y a de plus beau, c’est que ces nouveaux leaders réussissent, plus facilement à susciter l’engagement de leurs collaborateurs et composer avec les changements qui s’opèrent dans le monde du travail.

Partant de mon engagement envers les leaders, j’ai fondé les Midis Coaching, des webinaires gratuits à écouter en direct ou en différé. Pour être les premiers informés des Midis Coaching à venir, ils ont également accès à mon infolettre de coaching ‘CoachCasts’ lue mensuellement sur Internet par des milliers de leaders.

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci de mettre votre commentaire
Merci d'indiquer votre nom ici