Quand l’IA joue le rôle du journaliste!

0
l'IA joue le rôle du journaliste

Cela fait quatre ans que l’Associated Press utilise l’intelligence artificielle (IA) pour aider ses journalistes à augmenter la rapidité de leurs recherches, de leurs comptes rendus, ainsi que la vitesse de production et de transmission d’informations d’actualité. L’apprentissage automatique, les algorithmes et le traitement automatique du langage naturel sont aussi mobilisés pour que des milliers de nouvelles soient produites.

Une meilleure performance de la part des journalistes est désormais possible, me direz-vous. Mais qu’en est-il du métier de journaliste, dont le rôle fondamental est d’être un témoin oculaire, un analyste du contexte de l’événement rapporté et un agent au service des citoyens le plus objectif possible ?

Un robot pourra-t-il remplir toutes ces fonctions à la place de l’humain, en commençant par sa capacité à voir, à entendre, à évaluer la situation, à ressentir et à suivre son intuition lorsque l’événement le requiert ? Une question prématurée pour le moment, puisque l’IA s’apparente plus à une machine qu’à un humain, avec la complexité que cela comporte.

Sans oublier les biais des algorithmes largement colportés par les médias, qui seront d’autant plus problématiques pour l’IA lorsque les textes feront intervenir plusieurs points de vue, des actualités complexes et des thématiques requérant des connaissances préalables diversifiées et une subjectivité avertie.

Pour l’heure, le travail des journalistes dignes de ce nom reste intact, ce qui constitue une bonne nouvelle pour ceux qui pourraient s’inquiéter pour l’avenir de leur profession. L’intelligence artificielle agit plutôt comme un assistant personnel, pour le moment. Par exemple, l’Associated Press a recouru à l’IA pour automatiser des tâches routinières comme la transcription vidéo rébarbative, de manière à en dispenser les journalistes.

Ces derniers peuvent ainsi vaquer à des occupations plus créatives comme l’analyse de renseignements délicats, contradictoires, fouiller davantage l’information disponible et interroger plus de témoins pour se faire une opinion la plus objective possible sur un sujet donné.

L’agence de presse envisage la production d’ici 2019 ou 2020 de 40 000 textes journalistiques provenant de gabarits automatisés principalement pour couvrir l’actualité du monde des affaires et sportive. Un logiciel automatisé couvrira les 10 000 parties de base-ball de cette discipline, en analysant les données colligées et en extrayant les renseignements essentiels à ce sujet.

La salle de nouvelles devrait être également munie d’un logiciel de reconnaissance des images. Bref, une série d’innovations technologiques est en branle, ce qui modifiera la manière dont les journalistes effectueront leur travail, mais sans les remplacer, notamment lorsque les sujets à aborder ne peuvent être réduits à un exposé de résultats sportifs ou de données financières. Il y aura encore des journalistes perspicaces, rigoureux et créatifs bien après l’avènement de l’IA et durant sa généralisation plus marquée.

PARTAGER
Article précédentQuelles sont les marques préférées des milléniaux?
Article suivantLa transformation numérique : bien plus que la transformation technologique!
Yasmina El Jamaï

YASMINA EL JAMAÏ. Experte en communication écrite et orale, Yasmina remplit des mandats diversifiés en journalisme, en rédaction corporative, publicitaire, relative au Web et au référencement et aux médias sociaux. Elle publie des articles sur l’intelligence artificielle, un sujet qu’elle suit de près; elle a créé un groupe sur Facebook à ce sujet qu’elle alimente régulièrement depuis septembre 2017.

Yasmina soutient ses clients des secteurs public et privé par l’intermédiaire de l’entreprise Média & Rédaktica Pro qu’elle a fondée en 2006. Elle se charge de la rédaction, de la révision et de la traduction de leurs documents, avec le souci constant d’optimiser leur image de marque. Elle leur dispense aussi des conseils et des formations en rédaction administrative depuis qu’elle enseigné la rédaction professionnelle à l’Université de Montréal durant près de cinq ans. Son expérience canadienne de plus de 20 ans a été acquise au sein d’organisations publiques et privées à titre d’employée régulière, et en tant que travailleuse autonome. Crédit photo. Denis Bernier

Yasmina élabore, traduit et révise des textes sur des sujets très variés, qu’il s’agisse de la science, du génie, de la technologie, des affaires, du droit, de l’immobilier commercial pour ne mentionner que ces thématiques. Parfaitement bilingue en français et en anglais, elle détient une maîtrise en Sciences de la communication de l’Université de Montréal, un baccalauréat en Sciences politiques de l’Université McGill, de même qu’un certificat en journalisme, en anglais et en espagnol.

Yasmina El Jamaï 438 395-4719

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci de mettre votre commentaire
Merci d'indiquer votre nom ici