Des outils pour le développement durable en PME !

0
Développement durable en PME

Des outils pour le développement durable en PME

Le développement durable n’est ni une utopie ni une réalité universelle. Il s’agit plutôt d’un projet de société. Ce dernier consiste en une vision du développement composée des trois piliers fondamentaux, que sont la protection de l’environnement, le volet social et le développement économique. Cette interconnexion invite la participation de tous les acteurs sociaux, afin d’assurer la mise en œuvre du développement durable.

Parmi ces acteurs, les petites et moyennes entreprises (PME) sont particulièrement bien placées pour jouer un rôle positif et tirer profit des occasions d’affaires qui en découlent, afin d’en récolter des bénéfices tangibles, notamment économiques.

Pour faciliter cet exercice et contribuer à l’atteinte de la cible de la Stratégie gouvernementale de développement durable 2015-2020, soit celle d’une proportion de 30 % d’entreprises québécoises dotées d’une démarche de développement durable d’ici 2020, le Conseil Patronal de l’Environnement du Québec (CPEQ) a développé un guide intitulé « Optimiser la chaîne de valeur d’une PME » (Guide DD) et a également mis en place un programme de mentorat en développement durable.

Le Guide DD du CPEQ

Le Guide DD, un outil offert à tous et disponible gratuitement sur le site du CPEQ, vise d’abord à aider les PME à instaurer une démarche simplifiée d’optimisation environnementale et sociale de leur chaîne de valeur. L’instauration d’une telle démarche comporte de nombreux avantages, dont l’amélioration de la performance sociale et environnementale des activités et l’accroissement de la compétitivité et de la profitabilité de l’entreprise.

L’optimisation de la chaîne de valeur, telle qu’elle est conçue au sein du Guide DD du CPEQ, découle d’une approche holistique, laquelle est décortiquée de manière à ventiler les différentes fonctions de l’entreprise :

  • Comptabilité, finance et vérification interne ;
  • Gestion immobilière ;
  • Recherche et développement ;
  • Relations communautaires ;
  • Technologies de l’information ;
  • Gestion environnementale ;
  • Ressources humaines et santé-sécurité au travail ;
  • Logistique ;
  • Production et opérations ;
  • Approvisionnement ;
  • Force de vente, marketing et communication.

Par exemple, les technologies de l’information constituent un champ d’intervention privilégié, dont il est abondamment question dans le Guide DD. Ces technologies présentent plusieurs avantages économiques notoires, comme l’optimisation des opérations et la sécurité des données, en plus d’offrir des pistes de solutions quant à certains enjeux environnementaux, tels que l’efficacité énergétique et la gestion des matières résiduelles.

De la même façon, l’attention portée aux ressources humaines et à la santé-sécurité au travail allie surtout les aspects socio-économiques du développement durable en faisant notamment la promotion de conditions de travail sécuritaires, stimulantes et motivantes. Il est par ailleurs démontré qu’une réelle sensibilité à ces enjeux favorise une meilleure rétention de la main-d’œuvre.

Une autre illustration de l’optimisation de la chaîne de valeur réside dans la logistique, que l’on associe souvent davantage à des problématiques d’ordre économique et environnemental. Par exemple, l’optimisation de l’entreposage et du transport, ainsi que la réduction de l’emballage permettent de réduire à la fois les coûts, la production de matières résiduelles et les émissions de gaz à effet de serre.

Enfin, la production et les opérations constituent un autre champ d’intervention très concret. L’optimisation des procédés, la réduction de la consommation des ressources, ainsi que la mise en place de plans de prévention et d’intervention en cas d’urgence permettent, elles aussi, de réaliser des gains importants, tant sur le plan économique qu’environnemental.

Outil de travail rigoureux et simple d’usage, le Guide DD du CPEQ propose donc des actions concrètes, nécessitant très peu de ressources, de temps et de connaissances préalables en la matière. Pensé pour la PME d’aujourd’hui et de demain, le Guide DD permet à quiconque d’intervenir efficacement dans l’optimisation de la chaîne de valeur d’une entreprise. Rappelons que le Guide DD est disponible gratuitement sur le site Web du CPEQ.

Le programme de mentorat du CPEQ

Toujours dans l’objectif d’aider les PME à instaurer une démarche de développement durable, le CPEQ a lancé, en 2016, un programme de mentorat unique en son genre. Le programme propose à une PME d’être jumelée à un mentor, choisi à même une petite communauté de gens d’affaires reconnus et expérimentés en matière de développement durable.

Après le jumelage, le processus de mentorat débute avec une rencontre initiale entre le mentor et la PME mentorée. Un plan d’action, fondé sur les principes du Guide DD du CPEQ, est alors établi. Par la suite, à la discrétion du mentor et de la PME mentorée, des rencontres de suivi ont lieu, à une fréquence bimensuelle, durant un an. Pour en savoir davantage sur la participation au programme et sur les modalités d’inscription, nous vous invitons à consulter le site Web du CPEQ.

En somme, l’implantation d’une démarche de développement durable permet aux PME de bénéficier de réels avantages, notamment économiques. Puisqu’une telle démarche nécessite un investissement très limité, de temps autant que de ressources, elle est à la portée de toute entreprise. Il nous tarde donc de faire votre connaissance et, d’ici là, nous vous donnons rendez-vous sur notre site Web.

PARTAGER
Article précédentPour ou contre l’e-commerce ?
Article suivantReportage d’entreprise : l’entreprise fdmt avec sa propriétaire Karine Gagner!
Olivier Dulude

Olivier Dulude, avocat depuis juillet 2018, l’auteur s’intéresse particulièrement au droit public et au droit de l’environnement. En plus de travailler au Conseil Patronal de l’Environnement du Québec comme chargé de projet depuis l’été 2016 et comme Coordonnateur des affaires publiques et législatives depuis l’été 2018, il a en effet effectué un stage au Tribunal administratif du Québec, participé à l’Observatoire des mesures visant la sécurité nationale, à l’Observatoire national en matière de droits linguistiques et a mené à bien un mandat pour le compte du Centre de recherche en droit public de l’Université de Montréal. Il s’implique par ailleurs auprès de l’Opération droits blindés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci de mettre votre commentaire
Merci d'indiquer votre nom ici