Professionnels : 4 points à aborder avec votre conseiller financier !

0
Professionnels

Vous courez ? Ou peut-être êtes-vous familier avec la course à pied ? Ma philosophie avec les jeunes professionnels autonomes s’apparente beaucoup à celle du coach envers son marathonien : il faut de la rigueur, de la patience, et surtout, le bon équipement pour se rendre à la ligne d’arrivée. Et l’objectif ultime est d’atteindre cette ligne d’arrivée au moment désiré sans y avoir laissé trop de plumes !

Se préparer aux impondérables de la vie tient davantage du marathon que du sprint, d’où l’importance d’incorporer des stratégies financières autant à court terme qu’à plus long terme dans la planification du parcours professionnel. Chaque outil ou stratégie proposés doit servir à protéger ou à enrichir le patrimoine du professionnel pendant son parcours et une fois rendu à la ligne d’arrivée.

Voici les 4 points auxquels tout professionnel autonome devrait porter une attention particulière. Cela constitue la base, et elle doit être solide si on veut pouvoir y greffer des stratégies financières et fiscales plus avancées un peu plus tard durant le parcours.

La ligne de départ

  1. Le flux de trésorerie

Le flux de trésorerie correspond aux liquidités. Il s’agit de l’argent dont vous disposez à court terme pour payer vos factures et vos projets spéciaux. Malheureusement, on voit encore trop souvent des gens qui négligent d’établir un budget réaliste. C’est pourtant une étape incontournable pour les professionnels qui souhaitent tirer le maximum de leurs premières années de profits !

  1. La retraite

La planification de la retraite consiste à épargner de l’argent pour atteindre l’indépendance financière. Quand comptez-vous prendre votre retraite et en quoi consiste votre projet de retraite, sont des questions essentielles, car les réponses vont dicter les stratégies et outils d’épargne proposés. À ce stade, vous avez établi un budget et disposez d’un plan pour régler vos dettes. Il est possible et, à mon sens, même avantageux, quoique certains en pensent, d’établir un plan d’épargne dès maintenant tout en continuant de rembourser vos dettes.

  1. Les prestations du vivant

Il s’agit d’assurances en cas d’invalidité ou de maladie grave. Ces produits sont souvent boudés par les conseillers et méconnus des clients. On hésite à y souscrire, car on se dit qu’on ne sera jamais malade… Pourtant, en tant que professionnel autonome, votre capacité à gagner un revenu est votre bien LE PLUS PRÉCIEUX. Il est important de le protéger. Trop souvent, les conseillers financiers n’en parlent pas ou sont mal à l’aise de le faire, car ils ne connaissent pas les subtilités des divers produits offerts sur le marché.

Ne lésinez jamais sur la qualité d’un bon produit à ce niveau et les conseils de spécialistes dans le domaine. Assurez-vous de faire affaire avec quelqu’un qui a l’habitude de conseiller les professionnels comme vous en matière de prestations du vivant.

  1. Les indemnités au décès

Durant les vingt-cinq premières années de votre carrière, vous devez vous constituer un portefeuille d’assurance-vie qui aura pour but de garantir la subsistance financière de votre famille si vous décédez prématurément. On trouve au Canada deux grands types d’assurance-vie : l’assurance temporaire et l’assurance permanente. Les professionnels en début de carrière opteront pour l’un ou l’autre selon leur situation.

Néanmoins, il faut savoir que l’assurance temporaire, en règle générale, doit être considérée comme une solution à court terme par rapport à l’ensemble des besoins en assurance-vie. Il faut aussi savoir qu’au fur et à mesure qu’on avance dans les parcours, des stratégies avec l’assurance-vie peuvent être mises en place dans un but d’optimisation fiscale. Chose que je me promets de discuter dans un prochain article !

Rappelez-vous

Les points discutés précédemment doivent faire partie intégrante de vos discussions avec votre conseiller financier. Omettre de prévoir un de ces quatre aspects de la planification pourrait mettre en péril votre parcours vers la ligne d’arrivée. Choisissez votre conseiller en songeant au fait que celui-ci deviendra un membre actif de votre équipe financière à long terme. Ça vaut la peine de prendre le temps de rencontrer quelques personnes avant de faire son choix et de valider le CV et les titres en règle à l’AMF que ce professionnel détient.

Cette approche vous intéresse ?

La mise en place de tels outils et stratégies nécessite une analyse de vos besoins et de votre situation.

PARTAGER
Article précédenteCommerce : bien se préparer pour réussir ! 1/4
Article suivantL’attitude à adopter avec un client mécontent !
Marc Bérubé

Marc Bérubé, Détenteur d’un baccalauréat en ingénierie de l’École Polytechnique, Marc Bérubé fondé Coaching Financier Trek en 2002. Conférencier renommé, il fait souvent profiter les universités et les regroupements professionnels de ses conseils en planification de la sécurité financière. Il a d’ailleurs été reçu comme conférencier-invité lors de la conférence 2015 organisée par l’Association de la Table Ronde Des Millionnaires (MDRT). Il s’agit d’une association pour les professionnels de l’industrie des services financiers qui se veut internationale et qui regroupe plus de 42 000 membres à travers 71 pays (www.mdrt.org).
Marc, entouré de son équipe de professionnels, accompagne les entrepreneurs et les professionnels dans la mise en place de stratégies financières visant à optimiser la fiscalité de leur entreprise et à faire croître leur patrimoine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci de mettre votre commentaire
Merci d'indiquer votre nom ici