Comment devenir un bon agent du changement pour votre entreprise?

0
Agent du changement

Être un agent du changement n’est pas un rôle facile, surtout lorsque vous devez aller à l’encontre du courant de la culture, des comportements établis et des zones de confort des personnes travaillant dans votre entreprise.

Quand vous devez prendre cette responsabilité par obligation ou pour l’innovation de l’entreprise, quels sont vos défis ? Comment allez-vous entamer ce processus de transformation ? Le changement, dans son ensemble, se présente avec beaucoup de résistance, mais seule la patience en vient à bout.

Il ne faut surtout pas se leurrer avec la réalité des changements : l’humain est rarement ouvert à modifier ses habitudes de vie, puisque sa zone de confort a été établie de manière circonspecte. En d’autres mots, durant les années acquises en entreprise, tous les salariés, les gestionnaires et même les propriétaires ont adapté leur comportement selon les besoins du moment.

Des méthodes de travail qui « fonctionnent » bien, même si elles peuvent être désuètes ou risquées dans la mesure où la routine s’installe et rend la personne aveugle du danger. Les industries de la construction et de la fabrication sont les meilleurs exemples, car la routine qui s’installe pernicieusement pousse les employés à prendre des risques inutiles et dangereux.

Nos jeunes adolescents ou adultes sont aussi à risque de faire face à des dangers en milieu de travail. Souvent, le sentiment d’invincibilité est à son summum dans cette période d’âge. Celui s’octroyant le droit d’illusionner les jeunes que rien ne leur arrivera et qu’ils détiennent la vie éternelle. Malheureusement, selon la Commission de la santé et de la sécurité du travail du Québec :

« Chaque année au Québec, plus de 12 000 jeunes de 24 ans ou

 moins sont blessés, mutilés ou tués au travail. »

Inquiétant… C’est face à ces enjeux que le changement peut être très révélateur. Sans ignorer l’innovation des technologies à intégrer dans le milieu de travail, ajouter de nouvelles méthodes de travail, et vous aurez comme résultat : des conflits, des plaintes et de la résistance parfois physique :

« C’est comme ça que je l’ai toujours fait ! »

« Ça fait 28 ans que je travaille comme ça ! Pourquoi je changerais ? »

« Je n’y comprends rien à ce logiciel ! Il ne sert à rien, et on perd du temps ! »

« Ça ne m’est jamais arrivé en 10 ans ! »

Vous avez déjà entendu ces arguments ? Ce sont des phrases de la résistance au changement. Un des défis de l’agent est de modifier la pensée de la collectivité, de la culture organisationnelle. C’est potentiellement le cœur du problème, et la seule façon d’accomplir ce travail est d’accepter les conflits, les désaccords et la colère de son entourage. Ceux-ci font partie intégrante des étapes du changement.

De prime abord, l’agent du changement doit être appuyé par l’équipe de gestion. Surtout de la haute gestion qui le recommande pour le bien de l’entreprise. Si une nouvelle méthode de travail leur permet de briller sur le marché mondial, alors il est compréhensible de soutenir l’innovation pour améliorer la rentabilité de l’entreprise. Si vous êtes cette personne responsable, voici quelques conseils à retenir :

  • Rien n’est accepté radicalement ou en forçant la transition ;
  • Informer les gens constamment avant, pendant et après le changement ;
  • Rassurer les personnes concernées en leur permettant d’obtenir les ressources nécessaires pour éclairer leur questionnement ;
  • Patience… Graduellement, chaque démarche mise en place permet l’avancement vers le changement. Grâce à des formations préparatoires, les salariés se sentent intégrés dans le processus de transition ;
  • Utiliser le renforcement positif. Tous les gestes pour amener à l’évolution de la culture et les comportements doivent être récompensés en les soulignant comme de nouvelles normes de conduite.

Le principe est simple : prêcher par l’exemple. En tant qu’agent du changement, vous devez devenir ce que vous souhaitez que les équipes de travail deviennent. Ils doivent avoir un exemple, et vous l’êtes. Chaque parole, chaque comportement dont vous êtes responsable, aura un impact sur l’ensemble de la collectivité. Surtout si vous êtes le président, le propriétaire ou le gestionnaire.

Le changement, nous le vivons tous les jours dans notre quotidien. Même si nous croyons à la « routine », notre vie est en constante évolution. Ce qui nous a permis de réinventer notre société ainsi que notre milieu de vie depuis la nuit des temps.

PARTAGER
Article précédentQuel est le meilleur taux de roulement du personnel?
Article suivantComment augmenter la valeur de ma PME?
Thérèse Thémélis

« Mme Thérèse Thémélis, Bachelière en Administration des Affaires (Ressources Humaines), est devenue professeur en gestion des ressources humaines auprès du Collège Lionel-Groulx, tout en poursuivant sa carrière de Consultante RH Recruteuse au sein de son cabinet expert-conseil : Thémélis RH Solutions. Grâce à ses 20 ans d’expérience, sa carrière s’est bâtie autant dans le secteur du service, du transport, de la fabrication que de la construction. Sur les plans national et international. Sa facilité de communiquer l’information et d’amener une perception favorable à l’endroit de ses clients, a prévalu à Mme Thémélis une solide expertise dans son domaine. Ceci dit, Mme Thémélis désire partager son expérience avec ses lecteurs par des articles enrichissants, apportant ainsi, différents principes en Ressources Humaines pour les entreprises. » 514-397-9940

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci de mettre votre commentaire
Merci d'indiquer votre nom ici