Cinq raisons de se doter d’un comité consultatif en 2018 !

0
Comité consultatif

Cinq raisons de se doter d’un comité consultatif en 2018 !

Par Sophie-Emmanuelle Chebin

Dans le dernier article, nous avons abordé les principales différences entre un comité consultatif (parfois appelé « comité aviseur ») et un conseil d’administration. Les membres des comités consultatifs jouent un rôle informel auprès des dirigeants d’entreprise.

Ils partagent avec ceux-ci leur expérience et leur offrent conseils et recommandations sur des questions touchant les activités de l’entreprise. Pour sa part, la structure du conseil d’administration est plus formelle, et les décisions prises par celui-ci lient les dirigeants de l’entreprise.

Vous hésitez entre les deux ? En cas de doute quant à celui qui convient le mieux à votre organisation, optez pour un comité consultatif. Moins engageant que le conseil d’administration, celui-ci vous permet de vous faire la main et d’en constater les avantages.

Malheureusement, trop d’entreprises québécoises se privent de la valeur qu’un comité consultatif peut leur apporter. À cet égard, plusieurs objections sont invoquées : « je ne veux pas de patron », « je ne souhaite pas alourdir la structure hiérarchique », « ça demande trop de temps », et « je ne veux pas que quelqu’un d’autre soit au courant de mes affaires » !

Rassurez-vous ! Le comité consultatif est… consultatif. Vous n’êtes pas liés par les recommandations de celui-ci. Vous demeurez seul maître à bord, tout en bénéficiant de l’expertise de vos experts. Ceux-ci se réunissent quatre à cinq fois par année. S’il faut bien entendu préparer ces rencontres, le processus demeure toutefois très souple.

Plusieurs dirigeants affirment d’ailleurs que la rigueur qu’impose cette préparation est bénéfique ; elle leur permet de prendre du recul face aux activités de l’entreprise. Quant à la confidentialité de vos affaires… Choisissez des experts en qui vous avez confiance, et faites-leur signer une entente de confidentialité.

Vous hésitez encore ? Voici cinq raisons additionnelles pour mettre sur pied votre comité consultatif :

  • Il vous permet de bénéficier de connaissances et de compétences complémentaires à celles de l’équipe de direction. En sélectionnant minutieusement votre panel d’experts, vous aurez accès à l’expertise de personnes qui connaissent ou ont vécu les enjeux auxquels fait face votre entreprise. Vous n’êtes pas féru de cybersécurité ou de relations publiques ? Personne n’est spécialisé en ressources humaines au sein de votre PME ? Vous voulez exporter et en êtes à votre première expérience ? Sélectionnez des aviseurs qui possèdent ces expertises !

 

  • Il améliore les choix stratégiques de l’entreprise. En vous donnant de la rétroaction, le comité consultatif challenge l’équipe de direction et force celle-ci à adopter une vision plus stratégique et moins opérationnelle de l’entreprise.

 

  • Il rehausse la réputation et la crédibilité de votre entreprise auprès des investisseurs et des autres parties prenantes (fournisseurs, clients, gouvernements, etc.). Il démontre que vous avez à cœur la croissance de votre entreprise, et que vous mettez en place les structures pour y parvenir. La réputation des membres du comité consultatif contribue également à la crédibilité de votre PME.

 

  • Il vous donne accès à de nouveaux réseaux. Les membres de votre comité consultatif possèdent des réseaux complémentaires au vôtre. Aussi, ils peuvent vous ouvrir des portes et vous mettre en contact avec des gens que vous souhaitez rencontrer. Par exemple, ils peuvent connaître des personnes clés dans un nouveau marché que vous souhaitez développer, ou vous mettre en relation avec des clients potentiels.

 

  • Il brise l’isolement des dirigeants. Échanger avec un comité d’experts contribue à briser l’isolement et le sentiment de solitude qui accompagne souvent l’exercice du rôle de PDG.

Clarifier la vision de l’entreprise avec un comité consultatif

Selon une étude de la BDC portant sur les comités consultatifs[1], 86 % des répondants considèrent que la présence d’un comité consultatif a eu un impact positif important sur leur entreprise. Il a notamment permis de clarifier la vision de l’entreprise, de stimuler l’innovation, d’améliorer la gestion des risques et la profitabilité de l’entreprise.

De plus, toujours selon ce sondage de la BDC, la présence d’un comité consultatif a eu un impact positif sur les activités commerciales de l’entreprise. Ainsi, 27 % des entreprises qui possèdent un comité consultatif sont en forte croissance et ont connu une croissance moyenne de leurs ventes annuelles de 20 % ou plus au cours des trois dernières années.

En comparaison, seulement 11 % des entreprises sans comité consultatif ni conseil d’administration ont atteint un tel niveau de croissance. Les entreprises qui ont un comité consultatif sont aussi moins nombreuses à avoir connu une croissance nulle ou négative au cours de cette même période.

En 2018, plus de raison d’hésiter. Offrez-vous le cadeau d’un comité d’experts qui saura vous accompagner dans vos projets de croissance.

Le mois prochain, on s’attarde à la sélection des membres de votre comité consultatif.

[1] BDC, Les comités consultatifs : un atout incontestable pour les PME canadiennes, mars 2014 – Étude BDC

Lire mon premier article : PME : comité consultatif ou conseil d’administration, quelle est la différence ?

 

 

 

PARTAGER
Article précédentSavez-vous comment évaluer votre service Expérience client ?
Article suivant5 trucs pour fidéliser ses lecteurs avec un blogue !
Sophie-Emmanuelle Chebin
Sophie-Emmanuelle Chebin Sophie-Emmanuelle Chebin est associée et co-fondatrice d’Arsenal conseils (LL.L, MBA, IAS.A), une firme services-conseils en gouvernance, en stratégie et en gestion des risques qu’elle a fondée. Depuis plus de 20 ans, elle accompagne les équipes de direction et les conseils d’administration dans l’élaboration et le déploiement de leurs stratégies d’affaires. Elle pilote notamment des mandats de constitution, de gestion, d’optimisation et d’évaluation des conseils d’administration et de comités consultatifs. Avant de se fonder Arsenal conseils, Sophie-Emmanuelle a œuvré chez KPMG-SECOR en stratégie, et au CN où elle a accompagné l’équipe de direction dans une vaste gamme d’affectations qui lui ont permis de développer une solide expertise en stratégie, en gouvernance et en gestion des risques. Elle est avocate, détentrice d’un MBA de HEC Montréal et d’un DESS Droit de la Santé et bioéthique de l’Université de Bordeaux I. Elle est également certifiée en gouvernance de l’Institut des administrateurs de sociétés. Sophie-Emmanuelle Chebin est actuellement présidente du Conseil d’administration de La Tablée des chefs, et administratrice de l’Association des professionnels en gestion philanthropique et du Festival de cinéma de la Ville de Québec.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci de mettre votre commentaire
Merci d'indiquer votre nom ici